Concept du labyrinthe - Nuit Blanche 2011

2/07/2011 10:15:00 AM Posted by Lamashtu93


Dans le cadre de la Nuit blanche, le festival Fantasia et Lamashtu s'unissent pour prendre d'assaut les locaux de l'ONF avec CONCEPT DU LABYRINTHE, un bloc expérimental autant par sa structure que les films le composant.

Hybride de courts métrages, de documents d'archives et autres images interdites et abandonnées, CONCEPT DU LABYRINTHE promet d'être une expérience audiovisuelle hors du commun.

Vous vous apprêtez à pénétrer le labyrinthe. Dans quelques instants, vous arpenterez des couloirs infinis menant à des pièces où se déroulent d'étranges spectacles. Parmi ceux-ci se trouvent la danse lascives des mutants de The Adder's Bite de Firas Momani, le récipiendaire du prix du meilleur court métrage à Fantasia en 2010, le transcendantal et hypnotique Energie! de Thorsten Fleisch, un collaborateur de Gaspar Noé, ainsi que la première mondiale du sulfureux Noctis Obscurus de Anima de Serge de Cotret. Les portes du labyrinthe s'ouvrent, oserez-vous y entrer ?

Après vos escapades nocturnes à travers Montréal, nous vous invitons à conclure la Nuit blanche en allant explorer un lieu des plus insolites.

À vos risques et périls...

www.fantasiafest.com
www.lamashtu.net


CHINAGIRL+la fin du cinéma

2/04/2011 05:59:00 PM Posted by Lamashtu93


CHINAGIRL+la fin du cinéma
film >> jean bourbonnais
musique en direct >> pierre-yves martel & isaiah ceccarelli
. .. .
samedi 5 février 2011 // 20h // portes 19h30
studio de yoga naada // 5540 avenue casgrain
entrée // 10 dollars

Anorexie mystique / Anorexie mentale

2/01/2011 07:46:00 AM Posted by Lamashtu93



Sainte-Catherine de Sienne recevant les stigmates du crucifix - Matteo di Giovanni

Une dérivation de l’anorexie mystique se produit avec le mythe de
l’ « inédie », selon lequel certaines personnes auraient vécu de nombreuses
années sans aucun apport nutritif. Il s’agit au départ d’une amplification
hagiographique des performances ascétiques alimentaires. De la stupeur
devant l’hyperactivité de personnes qui se nourrissent à peine, on passe à une
interprétation miraculiste de ce paradoxe. Le mythe de l’inédie est né au
XVe siècle, dans le décours de l’époque où la façon anorectique d’être au
monde s’est investie à travers la mystique affective féminine catholique au sein
des cités marchandes en Europe occidentale. C’est au XVIIe que l’idéalisation
de l’anorexie mystique prend les dimensions d’un mythe efficace à la fois sur
le plan subjectif par la fascination d’une maîtrise absolue des dépendances
corporelles et sur le plan social comme manifestation de la prédominance du
sacré en face des réalités triviales. Même le protestantisme britannique sera
gagné par les prestiges de ce mythe, pour ne pas laisser aux catholiques le
monopole de la légitimation par le miracle.


Dans la transition de l’anorexie mystique à l’anorexie mentale, la fascination
pour l’inédie tient une place significative. Dès le XVIIe siècle, la voie est
ouverte pour les futures fasting girls anglo-saxonnes1, qui viendront dans le
sillage de Martha Taylor (adolescente anglaise, du Derbyshire, jeûneuse
célèbre à l’âge de 19 ans, en 1668-1669)2 et de Miss Duke (qu’observera
Richard Morton une vingtaine d’années plus tard, en 1689).


Au XIXe siècle, un pas supplémentaire se trouve franchi avec la commercialisation
du jeûne extrême féminin comme spectacle, en grande vogue dans
les pays anglo-saxons à l’exemple d’Ann Moore (de Tutbury, Staffordshire,
Angleterre), qui s’exhibait entre 1807 et 1813, tout en affichant une ferveur
religieuse ; elle devint une grande vedette, mais finit par être confondue et
déclarée simulatrice. À la différence des anorexies mentales modernes, les fasting
girls de cette époque gardaient en général le lit d’une façon chronique.
Les cas vont se multiplier en Grande-Bretagne durant la seconde moitié du
règne de Victoria, environ de 1870 à 1900. Des faits analogues se répandront
hors du monde britannique, notamment aux États-Unis. Il s’agit en général de
personnes appartenant à des milieux modestes et développant leur style ascétique
dans un contexte protestant ou catholique déjà largement sécularisé. Le
refus alimentaire ne se présente pas comme composante d’une expérience mystique
; la référence religieuse apparaît éventuellement dans les récits de
témoins comme une garantie de moralité excluant la simulation. Ce qui induit
la célébrité est l’allégation d’une abstention totale de nourriture durant des
années. L’inédie semble alors significative du choix d’un modèle anorectique
porté jusqu’à un niveau merveilleux, comme si le jeûne devenait un sport de
haute compétition. Somme toute, ses virtuoses ressortissent moins à l’anorexie
proprement dite qu’aux tentatives d’incarner le mythe de l’inédie à une
époque où celui-ci fascine en un même mouvement le corps médical et le
public, tandis que les grandes confessions religieuses ont cessé de le sacraliser.
Les fasting girls sont vedettisées par les médias. Le jeûne total (temporaire)
devint même une activité professionnelle, essentiellement masculine, exercée
par les « artistes de la faim », comme on en trouve un modèle dans la nouvelle
de Kafka qui porte ce titre.

Anorexie religieuse. Anorexie mentale. - Jacques Maître